Cancer du sein : le sport recommandé après le traitement

octobre rose

A l’occasion d’Octobre Rose, mois d’information sur le cancer du sein.

A la suite d’un cancer du sein, les femmes devraient pratiquer régulièrement et au moins pendant un an une activité sportive pour préserver  leur densité osseuse et prévenir les fractures.

 

Cancer du sein : le sport recommandé après le traitement

Des chercheurs de l’Université de l’Oregon (Etats-Unis) ont mené des recherches sur les bienfaits de l’activité sportive chez les femmes ayant eu un cancer du sein et ont constaté qu’elle améliorait leur densité osseuse et prévenait les fractures.
Si l’exercice physique est une excellente façon de lutter contre les effets secondaires et les effets à long terme du traitement contre le cancer, il est aussi excellent pour maintenir la densité osseuse et prévenir les fractures.

Le traitement contre le cancer est souvent associé à une perte de densité osseuse, de masse maigre au profit de la graisse corporelle et prédispose les patientes à un risque accru d’obésité, de récidive du cancer, de fragilité osseuse et de fractures. Grâce à  leurs recherches antérieures, Jessica  Dobek et Winters Stone, chercheurs de l’étude avaient déjà  constaté qu’un programme sportif adapté avait aidé à reconstruire la force musculaire et diminuer  la perte osseuse d’un groupe de patientes en rémission d’un cancer du sein.
Pour déterminer si ces avantages ont continué sur le long terme, ils ont suivi un an plus tard 44 femmes qui faisaient partie de l’étude originale.
Si certaines d’entre elles  ont continué à pratiquer un sport  à un niveau plus modéré, d’autres ont cessé totalement toute activité. Leur densité minérale osseuse de la hanche et de la colonne vertébrale, leur masse musculaire, leur masse de graisse et leur force ont été mesurés.

Jessica Dobek, auteur principal de l’étude, conclue que « les bénéfices pour la santé osseuse d’une seule année de pratique de l’exercice physique se maintiennent ensuite les années suivantes, même avec une pratique diminuée.»

« Les programmes d’exercices visant à améliorer la santé musculo-squelettique devraient être pris en compte dans le plan de soins de longue durée pour les survivantes du cancer du sein », conseille Jessica  Dobek.

« Bien que d’autres recherches soient nécessaires, nos résultats peuvent fournir des repères sur le type, le volume et la durée de l’entraînement physique nécessaire pour préserver sur le long terme la santé des os et prévenir des risques de  fractures chez les femmes ayant eu un cancer. »

Cette étude a été publiée dans le Journal of Cancer Survivorship.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *