Coup d’oeil sur le Fasting

Fasting

Le jeûne intermittent, aussi appelé intermittent fasting, alterne périodes de jeûne et périodes d’alimentation normale. Le jeûne intermittent a plusieurs effets physiologiques très recherché par les athlètes (et ceux qui veulent perdre un peu de poids). Petit coup d’oeil sur les précautions à prendre avant de commencer ce type de régime.

Le corps face à la privation de nourriture

Quand on expose le corps à un jeûne prolongée, le niveau d’insuline dans le sang baisse (l’insuline étant l’hormone responsable du métabolisme des glucides et des protéines). Dans le même temps, la sécrétion d’hormone de croissance augmente de manière significative. Cette dernière a de multiple rôles métaboliques:

  • elle contrôle notamment le moment où la masse graisseuse est libérée sous forme de lipides pour être assimilées et permettre à l’organisme de fonctionner.
  • c’est un véritable « brûle-graisse », dans la mesure où elle favorise la perte de masse graisseuse tout en préservant la masse musculaire.
  • elle régule le taux de glucose sanguin et le niveau de nombreuses autres hormones.

Vous l’aurez compris, l’augmentation du taux d’hormone de croissance entraîne une fonte de la masse graisseuse et par conséquent la perte de poids. (Ici on est dans de la sécrétion naturelle,mais vous imaginez bien qu’avec toutes ces vertus, l’hormone de croissance est utilisé à outrance dans le dopage!) 

intermittent fasting

Les points négatifs du fasting

Le jeûne intermittent est associé à plusieurs effets indésirables:

  • la déshydratation (lié à l’inhabitude de boire en dehors des repas)
  • une irritabilité accrue (lié entre autre à la faim)
  • une somnolence diurne (lié au manque d’énergie)
  • des difficultés d’endormissement (généralement lié aussi à la faim).

Un autre effet secondaire suspecté, mais sans preuve scientifique probante à ce jour, est l’accentuation du mécanisme physiologique de stockage des graisses par le corps. En effet la privation prolongée de nourriture mettrait l’organisme sur la defensive, le poussant à stocker rapidement pour prévenir les futurs privations. Cet effet est contraire à celui recherché sur le long terme.

Le jeûne intermittent est également un facteur de risque de mauvaise haleine.

 

Quel sont les risques du fasting

A ce jour aucun risque particulier pour la santé n’a été mis en évidence, mais le Fasting fait quand même l’objet de pas mal de mises en garde de la part de certains nutritionnistes.

Il est nécessaire que les périodes d’alimentation normal soit très équilibré! Sans ça, le fasting entraîner une fonte de la masse musculaire, et être dangereux pour les personnes souffrant de pathologies cardiaques.

Selon certain spécialistes, le fasting peut induire un déséquilibre du comportement alimentaire, notamment si les personnes qui suivent un tel régime se tournent vers des aliments peu équilibrés (trop sucré ou trop gras).

Des précautions à prendre

Il est indispensable de consulter son médecin traitant avant de commencer ce type de régime. Sur le long terme, un jeûne intermittent doit être encadré par un professionnel de santé ou un spécialiste de la nutrition.
Enfin, comme tout régime, il est indispensable d’avoir une alimentation équilibrée et de pratiquer une activité physique régulière.

 

 

Référence:

Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement, ANSES
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *