Le sport après une liposuccion

mesure ventre

Une étude de la School of Physical Education and Sport, à l’Université de Sao Paulo, publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, montre qu’une liposuccion pourrai induire une augmentation de la graisse viscérale. Mais cet effet peut être contre-carré par l’activité physique.

La liposuccion est l’une des opérations de chirurgie esthétique la plus réalisée dans le monde, comme en Suisse à la Novacorpus International Healthcare, mais son impact à long terme sur la santé reste obscur. De précédentes études ont montré que la diminution immédiate de la graisse corporelle qui suit une liposuccion pourrait modifier le profil métabolique en déclenchant des mécanismes de réaction en retour de reprise de graisse. L’équipe de recherche du l’Université de Sao Paulo a étudié les effets de la liposuccion sur la distribution de la graisse dans le corps, et l’impact de l’activité physique sur l’éventuelle réapparition de la graisse.

IMG_2546« Nous avons découvert que le fait de retirer du tissu adipeux du corps, comme la liposuccion le fait, peut résulter en une diminution notable de la dépense d’énergie, et en une croissance compensatoire de la graisse viscérale qui s’associe souventà des maladies cardiovasculaires » dit le Dr Fabiana Braga Benatti, principale auteure de l’étude. « La bonne nouvelle est que le sport est très efficace pour ce qui est de contrecarrer cette croissance compensatoire. Si quelqu’un choisit de subir une liposuccion, il est très important, sinon essentiel, que cette personne fasse de l’exercice après l’opération de chirurgie esthétique. »

Dans son étude, 36 femmes en bonne santé ont eu recourt à une liposuccion sur un petit volume de graisse de leur abdomen. Deux mois après l’opération, les femmes ont été réparties au hasard dans deux groupes : un groupe qui a suivi un programme d’entraînement pendant 4 mois, et un autre qui n’en faisait pas. La liposuccion était efficace pour ce qui était de réduire la graisse abdominale sous-cutanée, mais après six mois, le groupe qui n’avait pas fait de sport du tout a affiché une augmentation importante de 10% de la graisse viscérale, et une réduction de la dépense d’énergie quand on le comparait aux participants qui avaient fait du sport.IMG_2545

« Nous pensons que les patients devraient être informés de cette augmentation compensatoire de la graisse viscérale, et des risques potentiels associés à la procédure de liposuccion » dit Benatti. « En outre, les professionnels de la santé sont encouragés à recommander de faire de l’exercice après une opération de liposuccion. »

 

Références :

Liposuction Induces a Compensatory Increase of Visceral Fat which Is Effectively Counteracted by Physical Activity : A Randomized Trial. Benatti F, Solis M, Artioli G, Montag E, Painelli V, Saito F, Baptista L, Costa LA, Neves R, Seelaender M, Ferriolli E, Pfrimer K, Lima F, Roschel H, Gualano B, Lancha A. J Clin Endocrinol Metab.].
comme le montre cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *