Réduire les récidives du cancer du sein grâce au sport

octobre rose

[Octobre Rose] Autrefois, les médecins préconisaient aux femmes ayant été traitées pour un cancer du sein de se ménager, de faire le moins d’efforts possible. Ce temps est désormais révolu. Des études ont montré que la pratique sportive diminue le risque de récidive.

Autrefois, les médecins préconisaient aux femmes ayant été traitées pour un cancer du sein de se ménager, de faire le moins d’efforts possible. Ce temps est désormais révolu. « Aujourd’hui, on sait que pendant le temps des traitements la femme doit se reposer et ne pas se fatiguer. Mais ensuite, la reprise d’une activité physique est très importante à la fois pour se remettre plus facilement dans la « vie » et pour maintenir un organisme en bonne santé », explique le Dr Laure Copel, médecin cancérologue, spécialiste des soins de support à l’Institut Curie.

« Le sport ne remplace pas les traitements, prévient le Dr Séverine Alran, chef du service de chirurgie du sein à l’Institut Curie, mais il est complémentaire aux traitements visant à limiter la récidive. » En effet, de nombreuses études scientifiques ont prouvé que la pratique d’un sport après un cancer du sein permet de diminuer le risque de récidive de près de 30% par rapport aux femmes qui ne pratiquent aucune activité. Il améliore aussi la qualité de vie des patientes guéries qui ont parfois des séquelles dues aux différents traitements.

« L’activité physique après un cancer du sein a deux missions principales : aider la femme à lutter contre la fatigue due aux traitements et principalement à la chimiothérapie, et également limiter le risque de rechute », explique le Dr Copel.

C’est dans cette perspective que l’Institut Curie a mis en place le partenariat avec l’association Siel Bleu. Cette association compte 320 intervenants, tous issus de la filière universitaire STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), option Activité physique adaptée. Ils sont donc formés pour indiquer les bons gestes à suivre pour ces femmes, plus fragiles que les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *